ACTUALITÉS

28.07.2018
Témoignage : La maladie de nos formations : l’uniformité de leur recrutement

J’ai rejoint les Entretiens de l’Excellence grâce à un collègue médecin qui, connaissant mes antécédents associatifs, trouvait que je défendais des valeurs proches de celles de l’association. Son diagnostic s’est avéré exact, la greffe a immédiatement pris dès mes premiers Entretiens en novembre 2017 à Reims.

Ces après-midi sont l’occasion de tenir un discours de vérité aux jeunes et à leurs familles sur les avantages, inconvénients et débouchés de nos filières ; ces échanges intergénérationnels sont les catalyseurs du goût de l’effort déjà présent chez nos jeunes, ils placent dans leur champ de vision des exemples concrets de réussite, des personnes pour qui le mérite et l’école républicaine ne sont pas que de vagues notions entendues ici ou là. Bien informé avant mon entrée à l’Université et bénéficiant du soutien sans réserve de ma famille, j’ai été immunisé contre l’autocensure : je veux transmettre au plus grand nombre ce virus de l’envie irrépressible d’ouvrir sans crainte ces portes qui paraissent, de prime abord, fermées. Les considérations financières constituent quelques-uns des bêta-bloquants qui freinent les ambitions, je profite donc de ces moments pour leur instiller des informations sur les différentes aides sans lesquelles je n’aurais pu arriver où j’en suis : droits d’inscription, tutorats, logement, bourse, transports…

Nos formations, particulièrement lorsqu’elles sont sélectives, sont malades de l’uniformité de leur recrutement ; je vois dans les Entretiens de l’Excellence une partie du remède. J’ai la conviction que dans le vivier économique, social et institutionnel, la diversité des parcours apporte plus de richesse ; c’est toute la collectivité qui ne s’en portera que mieux.

Sander de Souza, Étudiant en sixième année de médecine à l’université Paris Diderot

Lire aussi